Grossesse et allaitement : mes petites boissons #1

12/03/2016

mariage-fete-foraine©monsieurplusmadame-web-63

Qu’est-ce que je te sers? De l’eau, ce sera très bien…

C’est généralement avec cette petite phrase qu’on se fait griller alors qu’on n’a pas encore envie que ça se sache…

Et des moments de solitude, on en connaît à ce moment-là :

  • quand, à l’apéro chez des amis, tu pioches compulsivement des apérivrais alors que tu a sous le nez du comté au lait cru, du saucisson artisanal et du bon vin…
  • quand tu sors boire un verre, que tu tournes les pages de la carte et que tu arrives (enfin) sur les softs pour finir, à chaque fois avec un Perrier ou un cocktail fruits-grenadine trop sucré…
  • quand ton tiroir au bureau est rempli de thé mais que tu dois réduire la théine…

Au lieu de voir le verre à moitié vide, j’ai essayé de changer un peu mes habitudes:

*Le matin*

Avant, je prenais un thé avant de partir de la maison, parfois un deuxième dans la matinée.

Aujourd’hui, je me laisse le choix entre un thé vert, une tisane ou un smoothie. Je n’en buvais pas avant ma grossesse, mais aujourd’hui j’essaie de toujours avoir du lait d’amande et des bananes (ma base pour obtenir un smoothie onctueux) que j’agrémente selon les saisons de framboises, de mangue, de poire… avec du sirop d’agave ou des dattes pour sucrer. Ma dernière découverte : un délicieux smoothie à base de patate douce! A découvrir ici.

*L’après-midi*

Avant : encore un thé!

Aujourd’hui : j’ai troqué le thé de l’après-midi contre une tisane. En traînant dans les rayons des magasins bio et grâce à ma Thébox, j’ai découvert qu’il y avait autre chose que la verveine et la camomille dans la vie.

Petit tour d’horizon #1 avec les tisanes Pukka et Yogi tea qui valent le détour.

Infusion Rose

J’avais peur de boire une infusion goût « savon à la rose » mais pas du tout, la rose est très subtile, presque poivrée.

Equilibre féminin

Je ne sais si ma féminité est plus équilibrée en la buvant mais c’est très bon.

Citron-gingembre

Une infusion qui réveille avec son arôme fruité-spicy.

Infusion Choco

Un délice légèrement épicé, qui réchauffe en douceur (mais ne vous attendez pas à boire un chocolat chaud)

Sureau et échinacée

Mon premier pas dans le monde des infusions. Fruité et sucré. Addictif.

Secrets de cassis

Une variante toujours sur les petites baies, version très fruitée.

Citron-mandarine

Un infusion aux agrumes avec un zeste d’originalité grâce à la mandarine.

Equilibre féminin

A la fois fruitée et florale, une infusion très douce.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sortir sans bébé

03/03/2016

DSC08481

Ce week-end, nous avons profité d’un week-end chez ma mère pour sortir en amoureux au Croisic. C’est la première fois depuis la naissance du hérisson qu’on sortait juste tous les deux.

Passées les premières minutes un peu bizarres, dans la voiture, on se dit que finalement il est chouchouté et bien au chaud, alors autant en profiter et…

… retrouver l’insouciance « d’avant » en évitant les vagues pour prendre le coucher de soleil en photo

… admirer la côte sauvage, blottis l’un contre l’autre pour contrer le froid

… parler de nos projets devant une galette de blé noir et une bolée de cidre doux

… courir en riant dans la nuit, poussés par le vent glacé qui souffle sur le port pour rejoindre la voiture et rentrer le retrouver

DSC08470

DSC08478

DSC08472

DSC08485

DSC08479

DSC08500

DSC08487

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ces choses que je pensais savoir sur la maternité (et bien non en fait)

24/02/2016

 

Avant de devenir maman, quand j’essayais de me projeter avec mon bébé, il y a des choses que j’étais certaine de faire, de penser, de vivre…. et puis non.

1- Le portage

Le rêve: j’aimais l’idée de l’avoir contre moi pour le bercer et le rassurer, où qu’on aille. Si j’étais moyennement convaincue par l’écharpe (parce que j’avais peur de le faire tomber en l’installant), le porte-bébé est l’une des premières choses que j’ai acheté. Pour vous dire, quelques jours avant la naissance, je n’étais même pas sûre de vouloir une poussette! Je rigole quand j’y pense….

La réalité: à la sortie de la maternité, j’ai mis une dizaine de jours à marcher « normalement », j’avais la sensation d’avoir couru un marathon sans avoir été échauffée (sachant que je suis essoufflée au bout de 5 minutes de course….) alors impossible de le porter pour aller faire une course ou se promener au square. Même quand j’ai commencé à retrouver la forme, je revenais des promenades complètement courbaturée, j’avais tout le temps mal au dos. J’aime toujours l’idée du porte-bébé, mais aujourd’hui je le garde plutôt lorsque je dois prendre le métro. Pour les ballades, c’est la poussette (et elle, on peut la charger avec les courses en plus!)

2- L’allaitement

Le rêve : j’ai ai déjà parlé ici, pour moi l’allaitement était quelque chose de complètement naturel, et je pensais l’allaiter jusqu’à ses 6 mois.

La réalité: je l’allaite toujours, même en ayant repris le travail, mais je n’avais pas anticipé la douleur physique des débuts, la sensation de ne plus être vraiment soi et d’être à son entière disposition 24h/24h sans pouvoir passer le relais (pour le 1er mois). Même quand on parle de l’allaitement pendant les cours de préparation à la naissance, rien ne nous prépare vraiment à ce qu’on va vivre.

3- La bienveillance

Le rêve: j’étais sûre de développer des ressources naturelles de patience et de bienveillance pour mon bébé, d’avoir un « truc » qui me permettrait de le calmer immédiatement quand je le prendrais dans mes bras parce que, oh magie, il serait avec maman….

La réalité: râté… je crois que le « truc » n’existe pas, au moins au début. Même si on essaye d’être les plus bienveillants possibles, on a souvent été à bout de patience pendant ce 1er mois, désemparés devant les pleurs inconsolables de notre bébé. Et là, on pense aux mères « solo » qui doivent gérer ça toutes seules, parce que nous, on a la chance de pouvoir s’épauler, de prendre le relais le temps d’aller respirer. Pas elles.

4- Les couches

Le  cliché : j’étais persuadée que changer les couches aller être une vraie corvée, qu’on se battrait à coup de « ah non, c’est ton tour, je l’ai déjà fais la dernière fois »…

La réalité: et bien non! C’est à chaque fois un moment complice avec le hérisson, on en profite pour lui faire des bisous sur les pieds, le chatouiller. Il est toujours content d’être sur sa table à langer, il peut regarder s’envoler les oiseaux de son joli mobile en origami et agiter ses jambes comme un fou.

5- La séparation

Le rêve : je ne sais pas si je suis maman poule ou maman cool, mais je pensais que la première séparation pour ma reprise du travail allait être cauchemardesque, que j’allais avoir l’impression d’avoir perdu un bras en le laissant. J’y pensais beaucoup quand il est né, je me disais que je n’arriverai pas à gérer.

La réalité: je n’ai même pas pleuré! Grâce à la période d’adaptation chez la nounou, la séparation s’est vraiment faite en douceur. Le premier jour, je suis restée 1 heure avec lui, le lendemain je l’ai laissé 1/2 heure. Evidemment, ça fait très bizarre de le laisser avec une personne qu’on ne connaît presque pas. Mais c’est le jeu, il faut apprendre à faire confiance pour que le hérisson aussi se sente en confiance. Quand j’ai dû le laisser 2 heures, j’en ai profité pour me balader toute seule, prendre un chocolat chaud chez Rose Bakery, acheter deux nouvelles tasses dans une jolie boutique de la rue des martyrs… et bien je me suis sentie libérée, délivrée juste bien. Les moments où l’on se retrouve vraiment avec soi sont très rares et finalement j’en avais besoin pour mieux le retrouver après.

Et vous, des anecdotes sur des choses que vous pensiez faire ou pas, à la naissance de vos enfants?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Parce que tu n’es pas juste mon bébé

13/02/2016

Le week-end dernier, alors que je devais partir quelques jours en mission à l’étranger et me séparer (vraiment) de mon bébé pour la première fois, le hasard (ou destin, je ne sais pas) a fait que je n’ai pas pu prendre l’avion.

A la place, j’ai passé quelques jours à la Ciotat, chez ma belle-famille.

Week-end à la Ciotat

Week-end à la Ciotat

A Paris, on vit un peu dans notre petite bulle, juste nous trois. Quand on va voir notre famille, dispersée aux quatre coins de France, l’équilibre se transforme. Mon bébé n’est plus seulement notre bébé, c’est le petit-fils, le neveu, le cousin… Il prend sa place dans notre grande famille.

C’est un sentiment particulier. Après 9 mois où il n’était qu’avec moi, aujourd’hui il ne fait pas seulement partie de ma vie mais de celle de nombreuses personnes. C’est à la fois troublant et touchant de voir à quel point il est aimé.

Et puis le week-end terminé, on retourne dans notre petite bulle à trois. Et il redevient juste notre bébé (et c’est bien aussi 😉

DSC08630

DSC08628

DSC08627

DSC08567

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Continuer l’allaitement au travail : apprivoiser le tire-lait

05/02/2016

Après la phase « plan d’attaque« , je suis entré dans le vif du sujet en faisant connaissance avec mon nouveau meilleur ami: le tire-lait.

DSC08291

Mon tire-lait Spectra

Eh oui, pour continuer à allaiter sereinement lors de la reprise du travail, j’ai fais des stocks de lait pour les cas où (déplacements, maladies, réunions toute la journée…).

Alors, comment ça marche? Je m’en faisais tout une montagne, j’ai même mis plusieurs semaines à le commander… mais finalement c’est tout simple. Vous pouvez le louer avec une ordonnance (faite par votre sage-femme ou à la maternité par exemple), c’est remboursé, alors autant en profiter.

Et je le trouve où, ce tire-lait? Oubliez la pharmacie, on vous refilera la plupart du temps un vieux modèle, bruyant et lourd. Si vous voulez tirer votre lait au travail, il vous faudra un tire-lait nomade. Je suis passé par le site Grandir nature, qui pratique le même tarif qu’en pharmacie (il faut juste payer le kit de pompage qui est personnel). Une conseillère vous rappelle dans l’heure et vous aide à choisir le modèle qui vous conviendra le mieux selon votre mode de vie. J’ai reçu le mien le lendemain! C’est le modèle Spectra, il est léger, compact, fonctionne sur secteur et batterie, il a même une veilleuse si vous voulez tirer votre lait la nuit en toute discrétion! Et il est livré dans une sacoche isotherme avec des pains de glace.

Le fonctionnement est assez intuitif à vrai dire. J’ai commencé à tirer du lait quelques semaines avant la reprise, le plus souvent le matin, entre deux tétées. On pense qu’on n’aura pas suffisamment de lait pour la tétée suivante mais progressivement, plus on tire et plus on a de lait. Du coup ça a même facilité l’allaitement au quotidien.

Je conserve le stock au congélateur dans des sachets très pratiques qui ne prennent pas de place et sont déjà stérilisés (en pharmacie).

Aujourd’hui, je profite d’une pause le matin et l’après-midi au travail pour tirer mon lait, et je l’apporte directement à la nounou (dans des petits pots) quand je vais chercher le hérisson le soir.

Voilà! Et on n’oublie de glisser dans son sac une petite bouteille d’eau (car ça donne soif), des disques de coton pour éviter de tâcher ses vêtements (il y en a en pharmacie mais j’en ai trouvé des beaucoup moins chers chez Hema) et du chocolat pour se remonter le moral pour la reprise du travail!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !